Catégories
Le Journal d'un-e Solopreneur-e

📒 Pourquoi avons-nous peur de la concurrence ?

Ep#11 | Comment nous nous isolons et nous rabaissons nous-mĂŞme, sans l’aide de rien ni personne.

J’adore faire des partenariats, travailler en binĂ´mes ou en petites Ă©quipes dans le monde du Freelancing et de l’entrepreneuriat. J’aime l’individualisme lorsqu’il peut survivre en collectivitĂ©. Et j’aime la collectivitĂ© lorsqu’elle peut coopĂ©rer avec l’individualisme. Pas question de tout faire dans son coin, mais pas question de s’effacer et de ne pas avoir son image propre : son bĂ©bĂ©.

J’ai eu de très bons partenaires professionnels, d’autres un peu moins. Mais très peu je vous rassure ! Mais je me souviens de cette fois oĂą j’ai croisĂ© la route d’un entrepreneurs qui avait une peur intense de la concurrence. Tellement, qu’il m’a dĂ©goĂ»tĂ© de lui et du travail que nous avions rĂ©alisĂ© ensemble. Tellement, que j’en ai commencĂ© Ă  douter de ses compĂ©tences. Tellement, que j’en ai oubliĂ© tous ses points forts et ses qualitĂ©s pour ne garder en tĂŞte que ces dĂ©fauts qu’il faisait resurgir par ses plaintes et ses peurs.

RĂ©cemment, j’ai rĂ©ussi Ă  analyser cet Ă©pisode de ma vie et de la sienne. Voici ce que j’en ai sorti.

Le manque de confiance en soi.

Ah ça. Vous ne l’aurez jamais assez entendu. Le manque de confiance en soi est la pire des faiblesses que nous pouvons rencontrer. Et que nous rencontrons tous. Nous pouvons penser que cela est un concept inventĂ© par les coachs et le dĂ©veloppement personnel pour vendre plus, effectivement c’est un marchĂ© juteux, mais le besoin de confiance en ses propres compĂ©tences existe rĂ©ellement. Il se manifeste de plusieurs manières :

  • Par la TimiditĂ©
  • Par l’Arrogance
  • Par la MĂ©chancetĂ©
  • Par l’Esquive
  • Par le DĂ©tournement
  • Par le Silence
  • Par la Prise de parole ininterrompue
  • Par le Manque d’écoute
  • Par le Manque de rĂ©action
  • Par le Manque d’action
  • Par la Prise de tout l’espace
  • Par le Conformisme
  • Par l’Antipathie
  • Par l’Altruiste exagĂ©rĂ©
  • Par l’InstabilitĂ©
  • Par le Manque de prise de dĂ©cisions fermes
  • Par la Peur de la concurrence

Vous pouvez voir que certains points de cette liste ne sont pas uniquement liés à un manque de confiance, car ces comportements sont aussi adoptables dans des situations de forte confiance aussi.

La peur de la concurrence peut s’avĂ©rer vĂ©ritable lorsqu’il y a effectivement danger pour notre activitĂ©. Le silence est une force et une sagesse, le manque de rĂ©action prouve un contrĂ´le de ses Ă©motions et une prise de recul. Le manque d’action est peut-ĂŞtre une solution viable pour le contexte, et l’altruisme peut ĂŞtre un besoin personnel de prendre confiance en soi. Par exemple. Le problème de ces comportements, et ce pour quoi ils dĂ©montrent un fort manque de confiance chez un individu, rĂ©side dans son caractère exagĂ©rĂ© (dĂ©passant les circonstances qui l’infligent) et sa durĂ©e (longue et indĂ©terminĂ©e).

Dans notre histoire citĂ©e plus tĂ´t, mon ancien partenaire refusait tout contact, et toute venue, dans son Ă©vènement de networking, d’une personne rĂ©alisant, de près comme de loin, (puis de très loin), les mĂŞmes tâches de sa spĂ©cialisation, de son mĂ©tier. Ses concurrents en soi. Lorsque nous gĂ©rons ensemble ce networking, dont il Ă©tait le prĂ©curseur et le fondateur, je me suis retrouvĂ©e, avec notre troisième compère, Ă  ressentir son besoin de diriger et de tout contrĂ´ler, comme s’il Ă©rigeait une forteresse en pleine pĂ©riode de guerre. PlutĂ´t que bâtir une communautĂ© sympathique et inspirante. Après avoir Ă©tĂ© dans l’ombre d’une autre Ă©quipe, cela se comprend. Mais sa capacitĂ© Ă  gĂ©rer le flux de personnes l’a complètement fait pĂ©ter un câble et a fait ressortir ses croyances limitantes les plus profondes : celles qui lui disent qu’il n’est pas assez, qu’il n’est pas bon, que ce sont les autres qui le volent, ce sont les autres le problème.

Si machin vient, il va me prendre tous mes clients, tu comprend ça ?!

criait-il au téléphone.

Non. Je ne le comprends pas. Seules les personnes dans le mĂŞme cas de figure peuvent le comprendre. Ce sont des personnes qui, malheureusement, ne trouvent pas de solution dans cette concurrence et bloquent toutes les possibilitĂ©s. Dont celles de changer, d’Ă©voluer, d’apprendre, de se dĂ©-conformer. D’ailleurs, il a fini par avouer : “Et elle, elle est meilleure que moi !”.

C’est exactement comme s’il venait de me dire qu’il Ă©tait un imposteur et un nul. Il s’est auto-sabotĂ©, par sa propre faute, avant mĂŞme de vivre ce pour quoi il Ă©tait angoissĂ©.

Le conformisme.

La peur nous immobilise. Quelquefois elle fait fuir. Mais dans notre monde statique et sĂ©dentaire, nous avons plutĂ´t tendance Ă  nous enfermer dans notre situation actuelle plutĂ´t que de fuir ailleurs. Et la peur forge le conformisme. Vous savez cet endroit naĂŻf et utopiste oĂą nous pensons pouvoir rester toujours les mĂŞmes ,  ne pas changer, et obtenir un bonheur constant et linĂ©aire. Nous prenons alors une situation en un temps T comme acquis et comme modèle des moments futurs. Beaucoup de personnes pensent que si elles gardent les mĂŞmes paramètres que pendant une situation plaisante sans les changer, elles pourront faire perdurer ce bonheur. C’est un refus du changement, du nouveau. C’est une peur de l’inconnu et de l’inconfort. C’est ce comportement que l’on appelle le Conformisme.

Or, la rĂ©alitĂ© est l’opposĂ©e du conformisme : la crĂ©ation de situations plaisantes rĂ©side dans l’adoption de nouveaux comportements, dans la recherche d’un nouveau ou de re-nouveau, dans le changement cyclique qui comporte une originalitĂ© puis un retour aux sources, Ă  nouveau des dĂ©couvertes, Ă  nouveau de la tradition. La peur de la concurrence c’est la peur de devoir changer pour mieux s’adapter ou suivre le mouvement que les concurrents ont mis en place et qui satisfait de nouveaux besoins (au grand malheur des conformistes !) de la part de nos clients et prospects. Dans l’optique oĂą une entreprise/activitĂ© professionnelle n’a de droit d’existence que dans la satisfaction d’un besoin rĂ©el d’autrui (d’une cible, d’un groupe de consommateurs), si vous ne vous adaptez pas Ă  leurs (nouvelles et changeantes) attentes, vous mourrez.

Oui c’est vrai, c’est confortable de faire exactement la mĂŞme chose des milliers de fois pendant des annĂ©es. Alors j’imagine bien comme cela est douloureux de devoir changer ces automatismes lorsqu’ils ne servent plus personne.

La peur de la concurrence est alors traduite par une peur de mourir par mon compère. Sa colère qu’il dĂ©verse sur les autres est son cri de dĂ©sespoir : “Ă€ l’aide, je vais mourir“. Effectivement, s’il ne s’adapte pas, il meurt. Mais plus profondĂ©ment, cette adaptation le met face Ă  une crainte encore plus forte : dĂ©couvrir sa part d’ombre, ses faiblesses, ses Ă©checs, la vĂ©ritĂ© sur lui-mĂŞme qui lui prouveront que le confort dans lequel il s’est baignĂ© (et qui semble si bon de premier abord) est en rĂ©alitĂ© un lac de lave qui le consume Ă  petit feu.

Sa crainte (Affirmation) ? Perdre du chiffre d’affaire, accuser une baisse de croissance, actuellement exponentielle, Ă  cause des autres.

Sa crainte rĂ©elle (Traduction) ? De voir qu’il va devoir sortir de son trou, qu’il va devoir ĂŞtre empathique et s’adapter au marchĂ© et aux besoins, qu’il va devoir vaincre sa timiditĂ© dissimulĂ©e et sortir de sa zone de confort.

Se sentir petit ne justifie pas de s’auto-bloquer dans une dimension parallèle. Dans une fausse rĂ©alitĂ© qui, au final n’est qu’un rĂŞve illusoire. Ne vous dites pas que vous n’avez pas le choix. Car tout rĂ©side dans vos actions, dans votre capacitĂ© Ă  voir plus grand, plus loin, diffĂ©remment. D’envisager votre cĂ´tĂ© sombre, votre cĂ´tĂ© sale que l’on empile et cache nĂ©gligemment sous le lit. Dans votre capacitĂ© Ă  ne pas considĂ©rer le confort comme le bonheur mais comme un simple temps de pause avant de repartir de plus belle. Le bonheur est d’avoir le goĂ»t de l’effort que nous rĂ©alisons par et pour nous.

La non-différenciation.

Lorsqu’il y a une stratĂ©gie et de la personnalitĂ© propre, il n’y a pas de concurrence. Encore moins dans le solopreneuriat oĂą notre personnalitĂ© est le coeur de notre valeur ajoutĂ©e et de notre argument de vente. Seulement oui, si vous ĂŞtes antipathique, nĂ©gativiste et peureux, personne ne voudra vous entourer et travailler avec vous, payer pour vous. Tout simplement car les consommateurs sont libres de choisir oĂą ils veulent dĂ©penser leur argent et leur temps. Et je peux vous assurer qu’ils le dĂ©penseront avec les personnes qu’ils admirent, qu’ils affectionnent, qui les font rĂŞver.

Vous n’avez pas une entreprise, l’entreprise c’est VOUS. Cela se traduit par une plume (un style d’Ă©criture et de rĂ©daction), un langage (l’emploi de certains mots, d’une tonalitĂ©), des couleurs, des formes, un style de vie, un comportement, des actions, des valeurs, des missions, des objectifs, des ambitions, des rĂŞves et des envies. VoilĂ  tout ce qui compose une personnalitĂ©. En entrepreneuriat nous appelons ce levier le Personal Branding.

Mon compère ? Ah lui c’est la totale : aucune charte graphique, aucun signe de reconnaissance, aucun storytelling, aucune marque, aucun UX (design axĂ© vers l’expĂ©rience utilisateur). Rien. Rien d’attractif. Rien de neuf ou d’original. Rien qui puisse le diffĂ©rencier de quelqu’un d’autre sur un panel de compĂ©tences et un diplĂ´me.

Comment est-ce qu’une personne pourrait faire le choix entre deux profils d’un mĂŞme mĂ©tier qui ne se diffĂ©rencient pas ? Au hasard ? Ă€ la ploum ? Au premier vu premier pris ? Non. Il faut ĂŞtre sĂ©rieux…

Alors forcĂ©ment qu’il peut avoir peur de la concurrence … Il est un fantĂ´me parmi un panel de personnes qui ont dĂ©cidĂ© d’ĂŞtre rĂ©elles. D’ĂŞtre elles-mĂŞmes, de dĂ©velopper un Moi dirigĂ© vers la coopĂ©ration et le besoin de leurs clients et prospects plutĂ´t que de simplement atteindre un certain chiffre d’affaires. D’ĂŞtre empathique et crĂ©er de la richesse plutĂ´t que de combler leurs propres peurs et insĂ©curitĂ©s.

Pour se diffĂ©rencier, pas besoin d’aller plus loin que soi-mĂŞme. Alors prenez soin de vous-mĂŞme, de qui vous ĂŞtes avant que de ce que vous faites. Les gens vous suivent et achètent votre richesse par votre savoir-ĂŞtre avant votre savoir-faire, car le premier influence le second.

J’ai eu peur de la concurrence toute ma vie, jusqu’Ă  ce que je devienne entrepreneuse. Tellement, que j’ai forgĂ© un mĂ©canisme d’autodĂ©fense, plutĂ´t sain d’ailleurs, qui consiste Ă  ne jamais se comparer ou se mettre en compĂ©tition avec autrui mais uniquement avec soi. Ce système est bon si nos ambitions et notre niveau d’exigence sont suffisamment Ă©levĂ©s pour nous sortir du conformisme, citĂ© plus tĂ´t.

J’ai eu peur des autres candidats lors d’entretiens d’embauche, j’ai eu peur de croiser des personnes meilleures que moi dans des domaines qui me tenaient Ă  coeur, je les ai jalousĂ©, j’ai eu peur de connaĂ®tre les notes (meilleures) de mes camarades … Puis, j’ai appris Ă  ĂŞtre moi-mĂŞme lorsque j’ai eu l’espace temporel nĂ©cessaire (cĂ©libataire sans enfant avec un CDI Ă  temps partiel c’est le pied) d’apprendre Ă  savoir qui je suis rĂ©ellement et oĂą je devais aller pour me respecter. C’est pour cela que je dis que j’ai commencĂ© Ă  vivre Ă  26 ans.

MĂŞme si j’y travaille toujours, car nous changeons, qu’on le veuille ou non, je connais mes arguments de vente : Moi, moi et moi-mĂŞme. Individualiste, nombriliste, narcissique, Ă©gocentrique ? Non, car lorsque nous avons confiance en nous, nous connaissons notre valeur et nous n’avons pas besoin de voler celle des autres. Nous n’avons pas besoin de nous mettre en valeur car cela se dĂ©gage naturellement. Nous n’avons pas peur de perdre, car la perte n’est qu’une Ă©tape du changement, nous n’avons pas peur des autres car ils ne sont pas nous et nous ne sommes pas eux. Nous nous ressemblons tous autant que nous nous diffĂ©rencions, et c’est cela qui permet Ă  chacun et chacune d’avoir sa place dans la satisfaction des besoins.

Juste, adaptez-vous, Ă©voluez et bannissez le conformisme, vous valez mieux que cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *