Catégories
Les Notes Intelligentes

🧠 Comment construire des journées de travail productives ? (I/II)

Extrait de la formation “Le Planning de Travail Autonome” : Cours 1, Chapitre I.

L’introversion a été un puissant outil, ou élément m’ayant permis d’assouvir mes ambitions créatives et techniques. Cette facilité pour communiquer avec moi-même et pour écouter les signaux de mon propre corps m’a guidé depuis mon enfance pour réussir à être concentrée (notamment à l’école)ou déployer au mieux ma créativité dans mes activités personnelles, qui furent professionnelles par la suite. Sans m’en rendre compte, j’avais déjà, à l’époque, construit un planning de travail autonome sans réellement savoir pourquoi, ni comment. Je réalisais juste un “Quoi” en fonction d’un “Quand”.

Tous les individus introvertis ou pratiquant l’introspection (sophrologie, méditation, développement personnel …) ont déjà ces prémices. Ces derniers pourront optimiser leurs performances en comprenant “Comment” et “Pourquoi” cette optimisation temporelle et énergique est possible. Pour les autres, nous allons ensemble découvrir votre “Quand” en utilisant le processus cyclique du “Test-Analyses-Corrections”. Cela signifie que nous allons partir d’un point central de connaissances neuroscientifique pour réaliser des essais de tâches sur des périodes à tester, puis analyser les retours de performance et de ressenti pour ensuite changer les paramètres nécessaires afin d’obtenir un Planning de Travail Autonome personnalisé le plus efficace possible.

I. Rentabiliser le temps au lieu de le consommer

Gagner en qualité de production en temps moindre

L’augmentation progressive et le cumul d’heures de travail ne garantissent en rien la productivité et la performance de ces heures consommées. Si chaque jour se base sur un même modèle, la journée elle-même se découpe en périodes qui ne se ressemblent pas. Daniel H. Pink, auteur de “Quand : les secrets scientifiques du timing parfait”, confirme que nos performances cérébrales varient considérablement tout au long de la journée. Ainsi la création d’un planning de travail optimal dépend de la période de la journée, du type de tâche mais aussi de son ressenti (du “Quoi” en fonction du “Quand”). De toute évidence, nous devons organiser et réaliser les bonnes choses au bon moment. Nous pouvons, de cette manière, compacter plus de travail dans tout autant d’heures travaillées sans pression supplémentaire, grâce à l’optimisation des pics et des creux de performance.

Fig.1 | Matérialisation de l’activité cognitive humaine par une courbe sinusoïdale régulière © TheBuildery

De nombreuses études ont cherché à cartographier ces augmentations de performance dans le corps et le cerveau humain. Voici, ci-dessus, une matérialisation simple mais réaliste de notre activité cérébrale (Fig.1) Ce sont des cycles entre 90 et 120 minutes qui oscillent entre activité cérébrale faible et activité cérébrale intense, comme une courbe sinusoïdale naturellement irrégulière et cyclique. Ce sont des chercheurs du sommeil, comme Nathaniel Kleitman ou Michael Breus qui se sont aussi penchés sur ce schéma de l’activité cérébrale. Il existe alors deux types de pic de performance, produits dans deux contextes radicalement opposés : l’intensité cérébrale comme période propice à la concentration et la fatigue comme générateur de créativité.

Les pics de performance

Les pics de performance en eux-même se découpent donc en deux phases : haute et basse. Ces phases permettent des capacités différentes, respectivement : le pic de concentration et le pic de créativité. Si la concentration a toujours fait l’objet d’un besoin cognitif intense, de nouvelles recherches ont cependant démontré que la fatigue serait encline à produire un pic de créativité (zone basse de l’intensité cérébrale).

Si la concentration occupe une grande partie de l’activité cognitive, la créativité serait la résultante de nouveaux moyens de réfléchir et de penser qui se mettent en place naturellement lorsque l’activité cérébrale est, justement, faible. Notre cerveau chercherait alors, mécaniquement, de nouvelles méthodes et de nouveaux chemins vers les solutions à nos problèmes et questionnements.

Comme quoi, réaliser un brainstorming pendant un coup de barre juste après la pause-déjeuner ne serait pas complètement stupide ! En revanche, assister à une réunion, un séminaire ou un cours théorique le serait.

PIC DE CONCENTRATION = Améliore les performances analytiques, les techniques, de structuration, de convergence, d’audit, de focalisation et de correction.
Astuce : à exploiter particulièrement pour les tâches périlleuses, les tâches précises, les tâches désagréables et les tâches difficiles.
PIC DE CRÉATIVITÉ = Améliore les performances de visualisation, de divergence, de brainstorming, créatives, imaginatives, communicatives, d’innovation.
Astuce : à exploiter particulièrement pour les tâches globales, les tâches créatives, les tâches sociales et les tâches périlleuses.

ĂŠtre innovant-e dans la gestion du temps

Cependant, les plannings que nous suivons depuis les prémices de notre scolarité ne suivent pas ce rythme cognitif en fonction de notre activité cérébrale fluctuante. Nous devions passer 7 à 8 heures entrecoupées de quelques minutes de repos toutes les 60 à 120 minutes à travailler sur diverses matières. Quid de notre pic de créativité ? Quid de notre pic de concentration ? Que nada.

Nous avons vu que ces pics de performances ne durent que 90 à 120 minutes. Est-ce que l’école publique propose des matières en fonction de cela ? Évidemment que non. Peu importe, nous sommes sortis de ce cadre scolaire, d’ailleurs, calqué sur le cadre temporel du salariat standard (7h par jour pendant 5 jours). Le problème est dans la répétition de ce cadre : nous en avons fait un automatisme, une standardisation et un conditionnement devenu norme.

Comment pouvons-nous briser ces mécanismes banals et en construire des nouveaux plus performants ? Comment adapter un tout nouveau planning face à ces nouvelles connaissances ? Comment utiliser au mieux ces périodes où tout fonctionne rapidement, correctement et clairement sans juste consommer du temps ? Sachez que ces pics d’énergies, mentaux et physiques, diffèrent sensiblement selon les individus, car chacun possède des niveaux d’énergie basés sur des facteurs internes et externes différents.

D’où l’intérêt d’apprendre à se connaître grâce à l’introspection. Une meilleure connaissance de son modèle physiologique et de ces montées d’activité cognitives va nous permettre de réaliser les bonnes tâches aux bons moments et être productifs-ves.

La suite du cours c'est par là 👇

The Buildery.academy est un organisme de formation pour les solopreneur-e-s, les freelances, les indépendant-e-s, les ambitieux-ses, les machines à idées, les passionné-e-s, les autonomes, les rêveurs-ses qui accomplissent seul-e-s aux commandes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *